Les repasseuses

31 8 pour BrigetounREPASSEUSE QUI REPASSE. Tu bâilles, tu bâilles, tu finiras par te décrocher la mâchoire ma pauvre fille – en plus on nous regarde et ça désemplit pas cette semaine, doit y avoir des écoliers en vacances

 

REPASSEUSE QUI BÂILLE. Dis-toi bien qu’on est là pour ça : être regardées. Si t’as pas encore compris qu’une fois au musée on n’a plus qu’une chose à faire, se laisser reluquer… Toi qui repasses, appuyée de tout ton poids sur ton fer, et moi qui me détire du dos ; ça me fait du bien d’ailleurs. Je le sens plus mon dos – et pis quoi, quand la patronne sort, si j’en profite pas pour bâiller aux corbeilles

 

REPASSEUSE QUI REPASSE. Aux corNeilles, pas aux corBeilles : où tu vas chercher ça bâiller aux corbeilles ?

 

REPASSEUSE QUI BÂILLE. Aux corbeilles de linge, pardi. C’est pas ça qu’on dit peut-être ? Première nouvelle

 

REPASSEUSE QUI REPASSE. Non c’est CORNEILLES : des oiseaux noirs, famille des corbeaux, mais plus petits

 

REPASSEUSE QUI BÂILLE. Oh, pas la peine de faire ta madame je sais tout ! Corneilles, je vois pas le rapport, mais quand je bâille aux corbeilles de linge à repasser, le rapport c’est que j’en peux plus de les voir – et même en peinture…

 

REPASSEUSE QUI REPASSE. Grosse maligne : en peinture on y est, et c’est pas près de changer, ou alors seulement de décor et de voisinage, quand on nous prête. 
Heureusement qu’on y va en exposition temporaire : autrement on rouillerait des guiboles – mais jamais vu, où qu’on aille, qu’on se retrouve pas collées dos au mur

 

REPASSEUSE QUI BÂILLE. Bien pour ça que je me le détire, le dos, et en baillant – à tout ce que tu voudras à plumes, à poils ou en osier – plutôt que de pincer du bec toute crispée sur mon fer comme toi !

 

REPASSEUSE QUI REPASSE. La pose, on l’a pas choisie je te rappelle : une vision de l’artiste ; il aurait fallu lui dire ce qu’on en pensait à ce Monsieur Degas. Peut-être pas une si bonne idée, après tout, une qui bosse et une qui bâille…

découverte de la suite, tout aussi savoureuse, et très pertinente, fortement conseillée

Martine Sonnet

«Repasseuses»

sur http://nerval.fr/spip.php?article76

version révisée d’un texte diffusé sur France Culture

A propos brigetoun

paumée et touche à tout
Cet article, publié dans lectures, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s