TOI

  • ta pupille n’est pas creusée, par quel mystère sait-on que tu regardes
  • passer le bout du doigt sur l’arête de ton nez et la paume sur ta joue bombée, mais personne n’embrasse ta bouche de pierre
  • tes pensées sombrent
  • les cheveux décoiffés par les centaines d’années et les centaines de pattes d’oiseaux fébriles, toi rien, regard lointain, perfection, nous, on se donne une contenance à chercher des explications, on te photographie respectueusement (alors, sous ta coquille tu tapes des pieds, tu grognes, tu éructes, tu fais des bras d’honneur, tu balances deux trois mots orduriers en te grattant la panse, humaine dessous ta coque tu pues la sueur, et comme tu nous en veux de passer et passer, inutiles, trop occupés à faire semblant de ne rien voir)

Christine Jeanney

«Quand les passants font marche arrière ça rembobine»

photo Elizabeth Legros Chapuis

Publie.net

http://www.publie.net/fr/ebook/9782814506930

A propos brigetoun

paumée et touche à tout
Cet article, publié dans lectures, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s