Vivre au Sahara

Le Sahara ce n’est pas seulement la beauté des crépuscules, l’ondulation sensuelle des dunes, les caravanes des mirages. C’est aussi un pays dont le niveau de vie est l’un des plus bas du monde, où la mortalité infantile est la plus élevée (trente-cinq pour cent, contre moins d’un pour mille dans les pays industrialisés). Où l’eau des puits est amère ; où l’on se délecte de l’eau, plus douce, de la pluie.

Vivre au désert, ce n’est pas seulement devenir semblable à un monde dur, hostile, impitoyable. Cela c’est la légende de l’homme bleu, guerrier indomptable, capable de survivre sur une terre où la chaleur dépasse cinquante degrés, où le taux d’hygrométrie est voisin de celui de la Lune. Capable de reconnaître son chemin sans repères, en regardant le ciel et les étoiles, capable de distinguer un caillou à des distances vertigineuses. Un homme courageux, généreux et cruel comme le monde qu’il habite.

Vivre au désert, c’est aussi être sobre, apprendre à supporter la brûlure du soleil, à porter sa soif tout un jour, à survivre sans se plaindre aux fièvres et aux dysenteries, apprendre à attendre, à manger après les autres, quand il ne reste plus sur l’os du mouton qu’un tendon et un bout de peau. Apprendre à vaincre sa peur, sa douleur, son égoïsme.

C’est découvrir un jour, au hasard d’une excursion à Smara, à Laayoune ou à Agadir, qu’on est différent, comme d’une autre espèce.

Mais c’est aussi apprendre la vie dans un des endroits les plus beaux et les plus intenses du monde, vaste comme la mer ou comme la banquise.

Un lieu où rien ne vous retient, où tout est nouveau chaque jour, comme l’aurore qui illumine les schistes, comme la chaleur qui brûle dès le matin jusqu’à la dernière seconde du jour. Un lieu où rien ne différencie la vie de la mort, parce qu’il suffit d’un écart, d’une inattention, ou simplement d’un accès de folie du vent surchauffé sur les pierres pour que la terre vous abandonne, vous recouvre, vous prenne dans son néant.

Jemia et J.M.G. Le Clézio

«Gens des nuages»

Gallimard

photo Bruno Barbey http://www.magnumphotos.com/C.aspx?VP3=SearchResult_VPage&VBID=2K1HZO2WIMIMI

voir son site http://www.brunobarbey.com

A propos brigetoun

paumée et touche à tout
Cet article, publié dans lectures, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Vivre au Sahara

  1. le désert est aussi parmi les plus riches

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s