Apostrophe de Dionysos

Oui son châtiment laisse voir ma justice

C’était moi dans vos mains qui l’ai mis à mort

Et c’est moi qui le venge à présent contre vous

Je ne cacherai point les maux qui vous attendent !

Vous assècherez votre âme sur le feu des bûchers,

Vous la soûlerez avec le sel du désert

Vous l’enfermerez dans son propre tribunal

Vous l’oublierez dans le noir de caves lavées à la chaux

Vous lui découperez un nerf après l’autre

Pour la serrer dans l’herbier de vos livres

Vous construirez des enclos, des usines de mort

Vous n’oserez plus sortir de vos corps

Vous vivrez entassés sans plus vous connaître

Et dans vos rues qu’aucune lampe n’éclaire assez

Vos enfants iront comme un gibier sauvage

Et vous vous assemblerez dans l’ombre

Pour dévorer le spectacle amer de vos vies

Et vous me ferez danser sur vos scènes

Vous serez des dieux oui vous posséderez la terre

Mais si tout le ciel doit venir s’enfermer

Dans la petite boîte de vos crânes

N’ayez crainte, je m’y glisserai aussi

Je viendrai souffler sur votre sommeil..

Euripide

traduction de Jean-Daniel Magnien

«Les Bacchantes»

Publie.net

http://www.publie.net/fr/ebook/9782814596580/les-bacchantes

image http://tetinenoire.wordpress.com/2011/03/31/dionysos-a-ciel-ouvert/

A propos brigetoun

paumée et touche à tout
Cet article, publié dans lectures, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Apostrophe de Dionysos

  1. Marc Lef dit :

    Superbe! Et cela me donne envie de me replonger dans la lecture de son oeuvre…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s