Une ambition

Monsieur Balzac, vous essayez d’écrire pour le théâtre ?

Oui j’aimerais écrire un Cromwell.

C’est ambitieux…

Ah si vous connaissiez les difficultés qui règnent dans de pareils ouvrages. Qu’il vous suffisse de savoir que le grand Racine a passé deux ans à polir Phèdre !

Comptez-vous écrire une tragédie classique ou un drame historique ?

Je ne dois pas travailler pour le goût actuel, mais comme on fait les Racine, les Boileau, pour la postérité.

Les écrivains que vous avez pu côtoyer jusqu’à présent vous ont-ils plu ?

Non. Ils m’ont déçu. Les gens de lettre sont gueux d’argent, riches de morgue.

Mais, votre Cromwell,c’est un vague projet ou quelque chose de sérieux ?

Je suis décidé, dussé-je en crever, à venir à bout de Cromwell. Mais je suis tellement fatigué de mes régicides anglais que j’ai pris le parti de me reposer la cervelle une semaine. C’est pour cette raison que je vous ai accordé cet entretien.

Vous ne craignez pas la concurrence avec Racine ?

Si, bien sûr… Si je suis un Pradon, je me pends.

Lisez-vous les grands dramaturges, les grands classiques français ?

Je les dévore. Crébillon me rassure, Voltaire m’épouvante, Corneille me transporte, Racine me fait quitter la plume.

Pourquoi donc ?

Tant de perfection. C’est décourageant. Cela me semble inaccessible.

Pas d’aventure féminine actuellement ?

Je me suis épris de passion pour une jolie femme que je ne connais pas. Elle s’appelle la Gloire. Elle demeure face au pont aux Ânes.

Jérôme Pintoux (et Balzac)

«57 interviews d’Honoré de Balzac»

Publie.net – ouvrez

http://www.publie.net/fr/ebook/9782814507012/57-interviews-d-honore-de-balzac

image http://www.larousse.fr/encyclopedie/article/Laroussefr_-_Article/11013224 

A propos brigetoun

paumée et touche à tout
Cet article, publié dans lectures, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Une ambition

  1. Arlette dit :

    AH!!! la dernière phrase !! savoureuse

  2. Jerome dit :

    Merci, c’est sympa de votre part. J’ai trouvé les réponses dans la correspondance publiée dans la Pléiade. Dumas aussi a voulu écrire des « tragédies modernes » (Henri III et sa cour).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s