Toutes les choses belles vivent

Claire s’éloigne d’abord de la tombe de Madame Ladon. Puis elle se dit : «Les enfants ont raison. Les arbres sont beaux.»

Alors elle s’assoit sur une tombe. Elle regarde les petites filles passer à la queue leu eu devant elle. Elle lève les yeux vers les branches au-dessus d’elle. Elle se lève tout à coup. Elle tend les mains vers les branches. Elle secoue une branche. Elle fait tomber les vieux fruits et les graines. Elle sort son mouchoir de la poche de sa veste, le déplie, y dépose les graines. Elle les rapportera chez Madame Ladon, dans le jardin de Saint-Énogat. Elle les enterrera à son retour dans le jardin. Quand le printemps reviendra elles germeront.

Puis elle en plante en secret sur la lande. C’est ainsi qu’elle se passionne pour les fleurs et les buissons et que toute la lande devient son jardin. Toutes ses randonnées poussent autour d’elle. «Je passerai par ici. Je passerai par là. Je penserai à ici. Je penserai à là. Je posséderai un peu de la beauté d’ici. Je posséderai un peu de la beauté de là.» Toutes ces beautés seront vivantes. Toutes les choses belles vivent. Elle se disait : «Les choses vivantes sont toujours des souvenirs. Nous sommes tous des souvenirs vivants de choses qui étaient belles. La vie est le souvenir le plus touchant du temps qui a produit ce monde.»

Pascal Quignard

«Les solidarités mystérieuses»

Gallimard

A propos brigetoun

paumée et touche à tout
Cet article, publié dans lectures, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s