Contre la figure dans la figure (fragment)

L’homme debout de Giacometti, son «sans rien faire», répété un nombre infini de fois, pourrait être l’image de cette puissance du neutre ; les surfaces tourmentées et scabreuses de ses sculptures, le résultat de ce bûcher en acte : peau dans le feu. Quand on les regarde, les statues de Giacometti sont en train de brûler. Contre la figure dans la figure. Et maintenant les sculptures de Giacometti se rapprochent beaucoup de ce que je reconnais être la structure de l’«acteur». C’est quand une maison brûle qu’on en voit la structure, le motif qui la soutient. Il s’agit alors d’inscrire le «comme si» du théâtre, son fait de fiction, dans une dimension ambivalente ou amphibologique. Mettre le miroir – ardent – face au miroir, l’envoyer en résonance pour en prouver la sincérité.

Claudia & Roméo Castellucci

«Les Pèlerins de la matière»

«Théorie et praxis du théâtre»

traduit de l’italien par Karin Espinosa

Les Solitaires Intempestifs

image http://www.journaldespeintres.fr/article.php3?id_article=303

A propos brigetoun

paumée et touche à tout
Cet article, publié dans lectures, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Contre la figure dans la figure (fragment)

  1. Arlette dit :

    Sa vie , son corps indéfiniment » en marche »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s