Dans le blanc (fragment, le Professeur)

Le professeur aussi ça lui est égal. Il t’a à la bonne. Il apprécie quiconque ne l’interrompt pas dans ses pensées et accepte ses cadeaux scientifiques : des livres à grosse reliure sur la mesure satellitaire de l’épaisseur de la calotte glaciaire, dont il entend bien que tu les lises.

Le professeur aime le blanc. Confiant comme ce sterne dit sterna paradisae, il va vers le froid du nord en hiver, et du sud en été, et qu’importe d’abandonner le confort des températures modérées et des climats subtropicaux pour la dureté et l’effort de la glace. Ses yeux sont bleus couleur d’eau pâle, la même couleur que la mer glaciaire, et les glaciers eux-mêmes. Il est l’apprenti du blanc.

«Il y a tant à apprendre, dit le professeur. Je suis vieux, mais je me refuse à mourir tant qu’il y aura encore à apprendre.» Il a pris racine là comme d’y être enclavé par des kilomètres de banquise ; et c’est pour cela qu’il pourchasse le blanc d’une extrémité du monde à l’autre.

Berit Ellingsen

«Dans le blanc»

http://www.publie.net/fr/ebook/9782814506862/dans-le-blanc

image http://www.er.uqam.ca/nobel/k27454/BernierII/baffin.html

A propos brigetoun

paumée et touche à tout
Cet article, publié dans lectures, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s