le poids de la religion

Nous avons en Grèce un réel problème de pesanteur religieuse. Il n’y avait en revanche aucun fanatisme religieux chez les Grecs anciens ou chez les Romains. Il y avait même à Athènes un temple réservé aux dieux inconnus, qui intéressait les étrangers ou ceux qui ne trouvaient pas leur compte avec les dieux du panthéon grec. Aucune tentative d’imposer leurs dieux à qui que ce soit n’a été observée chez les Grecs. Ils n’avaient pas de texte sacré, le monde n’était pas perçu comme une création de Zeus, il n’y avait pas de Dieu unique mais un collège de dieux au demeurant souvent en conflit les uns avec les autres et manifestant des traits de caractère très humains. On est à l’opposé des dogmes suscités par le monothéisme. Le monothéisme suppose un pouvoir unique que les religieux ont tendance à reproduire sur terre. C’est bien le monothéisme qui a introduit le fanatisme : les premiers Chrétiens cassaient les statues ; ce sont eux qui ont demandé l’interdiction des arts et du théâtre. Il y a eu des massacres à l’encontre de ceux qui continuaient à adorer les anciens dieux et la crucifixion a été pratiquée à grande échelle par les Chrétiens. L’occident qui a subi l’influence de l’église a gommé la terreur du christianisme. Dans les films américains, on voit des Chrétiens persécutés par les Romains, livrés aux lions dans les arènes. Cela a existé, mais c’était extrêmement rare. Les persécutés, ce sont les païens et non les Chrétiens. Les Romains étaient hostiles au christianisme pour des raisons politiques, parce que les Chrétiens semaient des troubles. Après la chute de Rome, des massacres à grande échelle ont été perpétrés par les Chrétiens.

Les religieux sont forcément des fanatiques- ceux des religions monothéistes, j’entends. Ils sont convaincus de posséder une vérité supérieure, ils prétendent agir au nom de Dieu. Ils font donc ce qu’ils veulent au nom de cette vérité supérieure ; ils reviennent toujours à un livre sacré qui détiendrait toutes les réponses. Ils ne sont pas des hommes de dialogue.

Vassilis Alexakis

réponse à Georgia Makhlouf

dans le livre de cette dernière

«Les écouter écrire»

http://www.publie.net/fr/ebook/978281450361

image http://www.franceculture.fr/emission-hors-champs-vassilis-alexakis-2011-03-08.html 8

A propos brigetoun

paumée et touche à tout
Cet article, publié dans lectures, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s