Le pied

Les écrevisses en ont douze dans l’eau, les mites huit et la mouche six dans les airs, les serpents aucun, ceux du singe sont plutôt des mains et l’homme en a deux sur terre, aux contours identiques, tournés du même côté, en dehors ou en dedans, c’est son engin pour circuler – le somnambule pose un pied nu devant l’autre sur le pli qui sépare le jour et la nuit, mais pas seulement. Avec il goûte un peu, sent, danse parfois, il entend vaguement et voit double, comme le fait Héraclite quand il se couche sur le sol au soleil pour mesurer sa taille, aussi plat qu’une feuille et poreux, il a la largeur d’un pied d’homme plutôt grand, levé et bien placé devant, alors qu’Anaxagore dit que l’astre est une belle masse de la grandeur du Péloponnèse. Nos premiers maîtres de philosophie sont nos pieds, nos mains, nos yeux, mais courts ou longs, gros ou menus, symétriques et pas, ils ne servent ni à magnétiser ni à dire la bonne aventure, ni même à fixer, c’est une moindre machine dans toutes ses parties, 27 au total, mais une mécanique efficace qui parcourt le monde en long et en large, fonçant, errant, gambadant, flânant. Ou roulant pieds et mains confondus, un monstre d’argile aussi fine que de la farine, une statue nuageuse haute d’au moins 6 pieds devenue folle et qui va sur les chemins couverts de tas, de flaques et de branches dans lesquelles il se les prend avant que sa matière ne se brise comme verre, tout en gardant le secret de sa course muette……

Suzanne Doppelt

dans

«L’Impossible n°7»

A propos brigetoun

paumée et touche à tout
Cet article, publié dans lectures, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s