Cet âge que l’on dit beau

Cette photo est empreinte d’une solitude terrible et c’est peut-être pour cela que j’ai écouté ce disque, en regardant par la fenêtre, parodiant la pochette dans l’espoir d’un mimétisme dérisoire, mais aussi parce que dans une chronique

Mais qu’est-ce que tu fais toute la journée enfermé dans ta chambre ?

Et encore, rester à la maison était toujours mieux qu’un de ces foutus repas familiaux du dimanche midi chez la grand-mère. I see a crowd of people but I can’t face them day to day, et cette phrase tournait et tournait dans la tête. Tu ne reprends pas de la viande ? Pourquoi tu ne prends pas de fromage, de gâteau, de légumes de ce que voulez mais

tu aimais bien ça quand tu étais petit pourtant je ne comprends pas que tu n’en veuilles pas l’envie terrible de fuir d’arrêter tout cela, je voulais qu’on me laisse tranquille moi, avec cette musique dans la tête et j’aurais pu lui expliquer quoi à la grand-mère. Lui chanter I ended up alone at the microphone et je comprenais parfaitement ce qu’il voulait dire dans la chanson éponyme de l’album, comme une douleur lancinante qui ouvrait la deuxième face. Toute la deuxième face est d’ailleurs plombée par une tristesse et une solitude terrifiantes, celles que Neil Young ressentait après tous ces morts qui lui pesaient sur la conscience.

Ou le And there ain’t nothin’ like a friend, Who can tell you you’r just pissin’ in the wind d’Ambulance blues et ces années-là, des amis, je ne crois pas que j’en ai réellement eu. Isolé dans un monde dont je fermais moi-même les portes hermétiquement, ne soupçonnant pas que quelqu’un d’autre pouvait comprendre mes tourments solitaires et ce désert sentimental chronique. Désert et non des échecs, un échec c’est un non. Le vide c’est autre chose.

KMS

«Chroniques des temps perdus et bande-son pour orgasme»

http://www.publie.net/fr/ebook/9782814506244/chroniques-des-temps-perdus-et-bande-son-pour-orgasme

A propos brigetoun

paumée et touche à tout
Cet article, publié dans lectures, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Cet âge que l’on dit beau

  1. arlette dit :

    Et…ne te regardes pas sans cesse dans la glace
    et que lis -tu? et où tu vas encore
    et et et !!
    ET FLUTE !!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s