Des harengs

Les chroniques nous rapportent que la pêche au hareng tout entière a failli être ruinée à plusieurs reprises en raison des excédents aussi catastrophiques de harengs auxquels on avait à faire face certaines années. On y apprend aussi que de gigantesques bancs de harengs, poussés vers la côte par le vent et les vagues, étaient finalement projetés sur la grève où ils formaient, sur une distance de quelques milles, un tapis de plusieurs pieds d’épaisseur. On avait beau ramasser les harengs à la pelle, en rentrer des corbeilles et des caisses pleines, pareilles moissons ne pouvaient être engrangées qu’en faible partie par les habitants des localités voisines. Le reste se gâtait en peu de jours, offrant le spectacle effroyable d’une nature asphyxiée par sa propre surabondance. D’un autre côté, il arrivait de loin en loin que les harengs désertent leur place habituelle, appauvrissant toute une bande côtière. On ne sait pas encore avec certitude, à l’heure qu’il est, quelles sont les voies suivies par le hareng pour traverser la mer. On a supposé que c’étaient les conditions de lumière et de vent qui déterminaient sa route, ou bien le magnétisme terrestre ou encore les isothermes de l’eau constamment en mouvement ; toutes ces suppositions se sont récemment avérées sans fondement, et il est d’ailleurs notoire que les chasseurs de harengs n’ont jamais pu se fier à autre chose qu’à leur savoir traditionnel, reposant en partie sur des légendes, et à leurs propres observations, par exemple au fait que les poissons se déplaçant en une formation triangulaire d’une parfaite régularité sont susceptibles, pour peu que les rayons du soleil les atteignent dans l’angle voulu, d’émettre des reflets qui se répercutent par intermittence jusque sous la voûte céleste.

W.G. Sebald

«Les Anneaux de Saturne»

folio – Gallimard

image http://www.parismatch.com/Actu-Match/Monde/Actu/Le-mysterieux-sort-des-harengs-368825/

A propos brigetoun

paumée et touche à tout
Cet article, publié dans lectures, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Des harengs

  1. Le drame d’une mer qu’on pollue et qui en son for intérieur a trouvé le moyen de riposter. La mer imprévisible qu’il faut apprendre à respecter.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s