Coffrée

… Elle se rua sur la porte; mais sur cette porte il y avait des verrous, autour de cette porte il y avait des murailles et Zonzon comprit : ne pouvoir arranger, tout de suite, à Betsy son affaire, c’était ça la prison !

Elle ne s’en fichait plus : elle se mit à pleurer ; elle pleura d’abord comme pleurent les femmes quand il n’y a plus rien à faire ; puis elle pleura plus fort – de rage ; puis encore plus : de rage de rager parce que c’était de rage qu’elle pleurait.

On ne sait comment toutes ces rages auraient pu finir. Au bruit qu’elle fit, un homme vint regarder ce qui se passait dans cette cellule. C’était celui de tout à l’heure. Il se pencha, il dit :

Poor woman !

De quoi ? On sait bien ce qu’ils veulent avec leur : Poor woman ! Elle en oublia Betsy. Elle attrapa sa cruche, elle cria :

Si tu crois que j’accepterai tes cochonneries dans c’trou.

Puis merde pour lui, merde pour Betsy, merde pour tous ; elle colla sa jupe sur le voyeur de la porte et s’endormit sur sa paillasse.

En ce temps, ce n’était pas, à Londres, comme c’est devenu depuis : pas ce qu’on appelle les mœurs, pas de cartes, pas ces chichis de Saint-Lazare qui vous ennuient à Paris. Le matin on vous menait devant un juge. Il disait : «Dix shellings !», on payait, puis on recommençait.

Cela se passa le lendemain. Seulement sa nuit l’avait tellement abrutie qu’elle n’aurait jamais su dire si ce fut dans la prison ou si l’on prit une voiture.

P’tit homme se trouvait dans la salle. On l’avait averti. De la main, il fit signe «à tantôt» et qu’il n’était pas furieux. Alors elle s’en ficha. Elle laissa parler l’agent, elle laissa parler le juge. Il avait une dent en or. Elle pensa :

Avec ta dent, tout ce que tu voudras, ce ne sera quand même que dix shellings.

Il finit en effet :

Ten shellings.

Comme elle n’avait pas d’argent, P’tit homme dut courir en chercher au dehors. Cela dura un peu.

Il était à la sortie. Avant toute autre chose, il dit :

– Bin vrai ! C’est la première fois que je casque pour une môme.

Ce n’était pas sérieux. Quand c’est pour l’amende, on sait bien : l’homme peut casquer – sans déshonneur.

André Baillon

«Zonzon Pépette

fille de Londres»

http://www.publie.net/fr/ebook/9782814596511/zonzon-pepette-fille-de-londres

illustration de Roxane Lecomte pour l’e-book

A propos brigetoun

paumée et touche à tout
Cet article, publié dans lectures, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s