De l’oubli

un oubli fondamental de la culture et de la technique numériques, un oubli de l’oubli. L’oubli constitue la faille de la technique numérique. Tout se joue sur le fait que la machine, le système, le réseau fonctionnent de façon à garantir une mémoire sans défaut, sans faille : une sorte de continuité, de cohérence et surtout de pertinence liée au travail de mémoire. Tout se passe comme si la continuité de l’accès était aussi une continuité de la mémoire, car il est vrai que cette mémoire est nécessaire pour un accès intelligent et efficace. Or l’oubli, cette forme de fragilité numérique, est constitutif non pas seulement de l’humain mais aussi de l’apprentissage et de la pensée. Oublier ne veut pas dire seulement et exclusivement perdre. Cela veut dire pouvoir voir et interroger des choses et des territoires inédits, explorer des nouveautés en laissant de côté des choses connues ou mémorisées. L’algorithme, pensé dans son efficacité mimétique de doubler l’humain ou le vivant, ou même de les dépasser, n’a pas encore affronté cette dimension de la créativité humaine. L’intelligence n’est pas seulement ce qui permet au vivant de fonctionner et survivre, elle est aussi sa signature dans le sens où elle transforme le milieu et le contexte en un espace habitable et façonné selon les choix, certes complexes, de l’homme. Ces choix sont souvent animés par des stratégies d’oubli qui restent inaccessibles à la machine et à la technique.

 

La culture numérique, dans sa quête de l’absolu, est une forme inédite de la maîtrise de la mémoire. De la mémoire individuelle comme de la mémoire collective. Elle ne cesse, et ce, malgré la complexité de la constitution des archives numériques et surtout malgré les difficultés d’un patrimoine numérique hybride, de nous faire miroiter des promesses d’archives sans limites, des archives sans oubli. Une telle expansion des registres de la mémoire ne va pas de soi, car elle met en jeu toute une série de déplacements et de modifications touchant à nos rapports à l’histoire et à l’identité…..

Milad Doueihi

«Pour un humanisme numérique»

http://www.publie.net/fr/ebook/9782814506411/pour-un-humanisme-numérique

image http://fr.123rf.com/photo_5393402_abstract-macro-formation-en-informatique-de-la-memoire.html

A propos brigetoun

paumée et touche à tout
Cet article, publié dans lectures, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour De l’oubli

  1. Point de vue intéressant qui m’amène cette réflexion : si nous pouvions modifier notre algorithme interne pour profiter davantage et comprendre mieux ce vaste univers des mots dans la blogosphère.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s