les pelures

les pelures de pommes de terre

tachent doigts, mains, avant-bras

figure d’enfant

fatiguée, bouillies dans l’eau brunâtre

mal écrasées sous la spatule fendue

les saucisses de Toulouse saignent dessus

devant les regards baissés

.

les frères se donnent des coups de pied

la mère est absente mais sa voix crie

le mal qu’ils ne lui font pas

seul le père se sert

.

la fillette attend le moment

des phrases lues sous la couette

des trésors trouant l’obscurité

.

la porcelaine de ses dents

au fin fond de la nuit des familles

luit

Sabine Huynh

revue DiptYque

Versant 2 : Lumières intérieures

A propos brigetoun

paumée et touche à tout
Cet article, publié dans lectures, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour les pelures

  1. Sabine Huynh dit :

    Je découvre ceci à l’instant ! Merci beaucoup ! Je suis rouge de plaisir.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s