À la Santé

J’écoute les bruits de la ville

Et le prisonnier sans horizon

Je ne vois rien qu’un ciel hostile

Et les murs nus de ma prison

 

Le jour s’en va voici que brûle

Une lampe dans la prison

Nous sommes seuls dans ma cellule

Belle clarté Chère raison

 

Guillaume Apollinaire

«Alcools»

http://www.publie.net/fr/ebook/9782814504509

image http://wiki.cultured.com/people/Guillaume_Apollinaire/

A propos brigetoun

paumée et touche à tout
Cet article, publié dans lectures, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour À la Santé

  1. Clarté de la raison, raison de la clarté au creux d’une cellule

  2. Arlette dit :

    « Guillaume, qu’es-tu devenu »…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s