Devant les blouses blanches

Ils comprirent alors qu’ils étaient accueillis en ambassadeurs de la dégénérescence, que leur unique talent consistait en ces lieux à incarner le plus spectaculairement possible ces symptomatiques maillons manqués qui permettraient aux juges d’estimer à sa juste valeur le prix de la chaîne qui reliait l’humanité à ses seules origines souhaitables, c’est-à-dire des origines futures, idéales, épurées, quand tout ce qui menaçait l’étanchéité d’une population abstraite aurait été, chirurgicalement ou chimiquement, castré, parqué, éliminé, à tout le moins désigné, tous les noms de tous les porteurs de peste savamment inscrits sur des fiches perforées, afin de ne rien perdre des sournoises migrations, des obscurs déménagements, afin d’éradiquer jusqu’à la plus petite nuance rastaquouère sur le vaste tableau monochrome du fantasme nordique.

Claro

« Cosmoz »

Actes-Sud

image http://www.bienpublic.com/actualite/2012/03/29/hopital-les-grands-pontes-a-nouveau-sur-la-sellette

A propos brigetoun

paumée et touche à tout
Cet article, publié dans lectures, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Devant les blouses blanches

  1. Une médecine obscure qui fuit la lumière

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s