À Jean Le Rond d’Alembert

aux Délices, près Genève

9 décembre (1755)

Le célèbre M. Tronchin, qui guérit tout le monde hors moi, m’avait parlé des articles Goût et Génie ;

mais si on en a chargé d’autres, ces articles en vaudront mieux. Si personne n’a encore cette besogne, je tâcherai de la remplir. J’enverrai mes idées, et on les rectifiera comme on jugera à propos. Je me chargerais encore volontiers de l’article Histoire, et je crois que je pourrais fournir des choses assez curieuses sur cette partie, sans pourtant entrer dans des détails trop longs ou trop dangereux. Je demande si l’article Facile (style) doit être restreint à la seule facilité du style, ou si on a entendu seulement qu’en traitant le mot Facile dans toute son étendue on n’oubliât pas le style facile.

Je demande le même éclaircissement sur Fausseté (morale), Feu, Finesse, Faiblesse, Force dans les ouvrages. Je demande si, en traitant l’article Français sous l’acception de peuple, on ne doit pas aussi parler des autres significations de ce mot.

À l’égard de Fornication, je suis d’autant plus en droit d’approfondir cette matière, que j’y suis malheureusement très désintéressé.

Tant que j’aurai un souffle de vie, je suis au service des illustres auteurs de l’Encyclopédie ; je me tiendrai très honoré de pouvoir contribuer, quoique faiblement, au plus grand et au plus beau monument de la nation et de la littérature. Je fais mes très sincères compliments à tous ceux qui travaillent. On m’a fort alarmé sur la santé de M. Rousseau ; je voudrais bien en savoir des nouvelles.

À propos de l’article Fornication, il y en a encore autre f qui a son mérite, mais je ne crois pas qu’il m’appartient d’en parler.

Adieu mon cher confrère ; donnez-moi vos ordres. Je vous suis tendrement dévoué à plus d’un titre.

LE MALINGRE V.

Voltaire

Correspondance

IV (1754-1757)

Bibliothèque de La Pléiade

image http://grain.de.sel.1.free.fr/spip.php?article766

A propos brigetoun

paumée et touche à tout
Cet article, publié dans lectures, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour À Jean Le Rond d’Alembert

  1. Décidément monsieur de Voltaire reconnait ses limites mais ne se refuse aucune participation à l’avancement des sciences. Petite pointe d’humour.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s