Écrire comme on s’embarque

La littérature, chambre à coucher, persiennes closes sur une ville ensoleillée, assoupie à l’heure de la sieste. Les rêves, les souvenirs, l’imaginaire, alignés sur les étagères comme des peluches, ou plongés dans l’obscurité du coffre à jouets.

Écrire comme on s’embarque, comme on vogue, comme on vague, comme on sombre au milieu des vagues. Tempête le roman, le roman comme on crie, le roman jusqu’à en tituber. L’écrivain ivrogne ivre de destins innombrables, de vies extérieures, lointaines, qui saoulent comme un alcool exotique.

Écrire, vivre en foule, exister dans tous les siècles, dans tous les pays, refuser d’être une seule fois, refuser absolument d’être soi-même, refuser d’être épanoui comme un coquelicot, comme un oiseau, comme un homme heureux.

Régis Jauffret

«vivre encore, encore»

http://www.publie.net/fr/ebook/9782814503724

A propos brigetoun

paumée et touche à tout
Cet article, publié dans lectures, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Écrire comme on s’embarque

  1. Arlette dit :

    Ecrire sa vie comme un conte…..vivre d’autres aventures dont nous serions le héros
    c’est justement le thème choisi pour un billet…(transmission de pensées)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s