Blitzowski, le monde du microbe

Quand je me suis transformé en microbe, la métamorphose a été si totale que je me suis immédiatement senti chez moi. Il n’y a pas de quoi s’étonner, car l’homme et le germe ne sont pas radicalement différents l’un de l’autre. Parmi les germes, il y a mainte nationalité, mainte langue, comme il en va parmi leshommes. Les germes pensent que l’homme qu’ils habitent est le seul monde existant. C’est à leurs yeux un monde vaste et merveilleux, dont ils sont aussi fiers que s’ils l’avaient eux mêmes conçus. Dommage que ce pauvre vieux trimard solitaire ne le sache jamais, car il est rare qu’il reçoive compliment.

Mark Twain

«Trois mille ans chez les microbes»

image http://www.thecombines.com/six/

A propos brigetoun

paumée et touche à tout
Cet article, publié dans lectures, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Blitzowski, le monde du microbe

  1. Éloge du microbe sur l’homme. Et l’homme n’a point de prise.

  2. cperalspujol dit :

    l’image est tout simplement : planante !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s