Commande

J’ai compté les jours et répondu qu’ils auraient leur texte mardi. Ca qui a interrompu le journal que j’essaie de tenir ici car depuis il ne s’est rien passé sinon ceci : écrit à la main, trotté jusqu’au phare pour me rafraîchir dans les embruns, tapé ce qui était écrit, ressorti pour les cigarettes, récrit, dormi deux heures, relu, corrigé, puis ballade nocturne à l’heure où la ville est silencieuse et belle dans son étourdissante odeur de jasmin avec, dans ma chemise, un plan du texte de la taille d’une affiche. Étapes en escalier dans les gargotes encore ouvertes supprimant, reliant, affinant à perdre haleine avec le sentiment d’être un assassin qui affûte un couteau. Trouvant un raccourci accroupi sur le seau des toilettes, un adjectif dans le miroir à barbe, ici et là – en arpentant ma chambre – un mot comme un oeuf frais pondu dans la paille, un sous-titre tandis qu’un verre m’échappe et se brise, un éclairage à cause d’une dégringolade de harpe bouddhique dans les haut-parleurs de la rue. La journée entrant dans le texte comme dans un laminoir. Ici et là, une heure d’anglais pour changer les idées qui n’en voulaient rien, chaque mot me renvoyant à un visage, une odeur, un écho de Tabriz où voici deux ans j’avais battu la semelle en attendant le printemps. Il me faudrait une aigre clarinette et le feutre d’une semaine de neige ininterrompue pour rendre justice à cet hivernage inoubliable, enfoui si loin. J n’ai qu’un ciel torride et bas un vocabulaire anémié par cette chaleur de serre. Ce n’est pas le moment de faire le difficile : je me suis accroché d’une pluie nocturne à l’autre, balloté comme un espar à faire voisiner dans ma tête ces deux géographies inconciliables.

Nicolas Bouvier

«Le poisson-scorpion»

Folio-Galimard

image (décallée, mais j’aime bien)

http://www.thalassa.france3.fr/?page=archives&id=316&rep=2710

A propos brigetoun

paumée et touche à tout
Cet article, publié dans lectures, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Commande

  1. Journée, me semble-t-il, fort synchronisée. Gestion du temps rigoureuse. Cadence de la création qui rythme selon les pulsations du temps. Si court et si révélateur.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s