Monsieur Doguereau, libraire-éditeur

– Monsieur Doguereau ? dit Lucien.

– C’est moi, monsieur…

– Je suis auteur d’un roman, dit Lucien.

– Vous êtes bien jeune, dit le libraire.

– Mais, monsieur, mon âge ne fait rien à l’affaire.

– C’est juste, dit le vieux libraire en prenant le manuscrit. Ah, diantre ! L’Archer de Charles IX, un bon titre. Voyons, jeune homme, dites-moi votre sujet en deux mots.

– Monsieur, c’est une oeuvre historique dans le genre de Walter Scott, où le caractère de la lutte entre les protestants et les catholiques est présenté comme un combat entre deux systèmes de gouvernement, et où le trône était sérieusement menacé. J’ai pris parti pour les catholiques.

– Hé ! mais, jeune homme, voilà des idées. Eh ! bien, je lirai votre ouvrage, je vous le promets. J’aurais mieux aimé un roman dans le genre de madame Radcliffe ; mais si vous êtes travailleur, si vous avez un peu de style, de la conception, des idées, l’art de la mise en scène, je ne demande pas mieux que de vous être utile. Que nous faut-il ?… de bons manuscrits.

– Quand pourrai-je venir ?

– Je vais ce soir à la campagne, je serai de retour après-demain, j’aurai lu votre ouvrage, et s’il me va, nous pourrons traiter le jour même, Lucien, le voyant si bonhomme, eut la fatale idée de sortir le manuscrit des Marguerites.

– Monsieur, j’ai fait aussi un recueil de vers…

– Ah ! vous êtes poète, je ne veux plus de votre roman, dit le vieillard en lui tendant le manuscrit. Les rimailleurs échouent quand ils veulent faire de la prose. En prose, il n’y a pas de chevilles, il faut absolument dire quelque chose.

Honoré de Balzac

« Illusions perdues

« Un grand homme de province à Paris »

image http://www.myartprints.com/a/french-school/lucienderubempreillustrat.html

A propos brigetoun

paumée et touche à tout
Cet article, publié dans lectures, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Monsieur Doguereau, libraire-éditeur

  1. Une belle fable toute balzacienne.

  2. Sabine Huynh dit :

    Tiens, c’est drôle ça (et ce n’est pas une fable), il y a environ sept ans, quand j’ai demandé conseil pour faire publier mes poèmes, on m’a répondu à peu près la même chose, puis, un agent a lu mes textes (poésie et nouvelles), les a aimés et m’a persuadée que je pouvais écrire un roman, en m’assurant que publier un premier roman m’aiderait à me faire connaître pour faire publier mes poèmes par la suite. J’en ai écrit deux depuis, tous deux sont (en transit je dirais) chez le même éditeur ; la sortie n’arrête pas d’être repoussée pour des raisons économiques : l’un d’eux devait sortir en 2010, puis 2011, puis 2012, et maintenant il est « programmé » pour janvier 2013 ( ça s’approche, youpie !). Et je n’ai osé envoyer un recueil de poèmes à un éditeur de poésie qu’à l’été 2011 ! Tout ça pour dire que cette histoire m’a presque menée à cesser d’écrire des poèmes, puisque je me disais à quoi bon, tant que je ne serai pas « connue », ils ne seront jamais publiés (c’est faux bien sûr, on en trouve en revues et anthologies, francophones, anglophones, italophones, etc.). Heureusement que je n’ai pas arrêté, et que je continue à préférer écrire et lire de la poésie. Bref, comme disaient les hippies, do your own thing, n’en faites qu’à votre tête, tout en restant positif et confiant, et un jour où l’autre, vous finirez bien par être lu(es)/publié(es) en dehors de votre cercle d’amis, si ce que vous écrivez le vaut (bon, là on entre dans les critères évaluatifs, un autre sujet épineux, alors je vous fais ma révérence et je sors).
    Merci pour ce partage !

  3. micheline dit :

    quelque chose qui ne vous arrive pas seulement à la cheville!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s