Les siècles de l’hiver

Le gris, l’agacé, le brun, le farouche


tu craques dans la beauté fantôme du froid


dans les marées de bouleaux, les confréries


d’épinettes, de sapins et autres compères


parmi les rocs occultes et parmi l’hostilité


 

pays chauve d’ancêtres, pays
tu déferles

sur des milles de patience à bout


en une campagne affolée de désolement


en des villes où ta maigreur calcine ton visage


nous nos amours vidées de leurs meubles


nous comme empesés d’humiliation et de mort


 

et tu ne peux rien dans l’abondance captive


et tu frissonnes à petit feu dans notre dos

Gaston Miron

« La vie agonique »

« L’homme rapaillé »

image http://www.meteomedia.com/your_weather/details/779/5328907/65/upload/1/1000

pas osé en emprunter une à

http://lesbeautesdemontreal.com/

A propos brigetoun

paumée et touche à tout
Cet article, publié dans lectures, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Les siècles de l’hiver

  1. Une surprise de taille de retrouver Gaston Miron. Je ressens une grande émotion à la lecture de cette poésie : « nous te ferons, Terre de Québec / lit des résurrections / et des mille fulgurances de nos métamorphoses ».

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s