Porter en terre

… processions que nous faisions derrière la lourde charrette à pompons noirs du bois seulement du bois rien d’un tissu même si plus bas et soulignant toute la plateforme était un crêpe tout de même feston flottant aussi dans le vent aigre le vent glacé

… masses que nous se desserrant à mesure que nous allions au cimetière en approchions sentions que personne ne nous regardait plus ne pouvait plus nous voir discuter comme si nous avions été accoudé au zinc

… devant les aubes blanches fouettées des deux servants oh et ce froid qui nous laissait les mains gelées presque collées les unes aux autres à la poignée de l’aspersoir on se disait qu’à l’arrivée l’eau en serait gelée mais même pas même si nous-mêmes nous l’étions

… pleines de boues nos chaussures sales et le gravier qui s’y collait

… ainsi soit-il le curé depuis lui mort comme les autres sa tombe est là juste à l’entrée personne n’y vient et c’est justice…

Daniel Bourrion

« Litanies »

http://www.publie.net/fr/ebook/9782814504004

image pas tout à fait ça mais ça s’est imposé à moi

A propos brigetoun

paumée et touche à tout
Cet article, publié dans lectures, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Porter en terre

  1. Souvenirs douloureux d’un cléricalisme envahissant…

  2. Arlette dit :

    Très bien vu avec Courbet et son » Enterrement à Ornans »

  3. Ping : Porter en terre, extrait de "litanies" de Daniel Bourrion sur Publie.net | Publie.net | Scoop.it

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s