Fenêtre d’appartement côté cour

à M. et J. Lubin

rue Nollet, Paris, dimanche 25 février 2001, 9h10 du matin

La cour a changé d’apparence. Il a neigé durant la nuit, suffisamment pour qu’un léger liseré blanc recouvre les branches du grand frêne prisonnier des immeubles. Les feuillages persistants des arbustes plantés le long d’un mur mitoyen, supportent aussi leur petite part de pureté. Juste soulignement des choses. Froide élégance de la neige. Aucun visage n’est visible derrière les fenêtres, les rideaux sont immobiles. Un merle semble figé. Bec jaune à l’extrémité d’une petite masse noire posée sur le rebord en zinc d’un toit. D’autres oiseaux virevoltent dans l’air. Débarrassé de ses impuretés quotidiennes par la neige et le vent, le ciel est délicieusement bleu.

Raymond Bozier

« Fenêtres sur le monde »

http://www.publie.net/fr/ebook/9782814504486

photo http://aupaysdesbiscornus.over-blog.com

neige un peu abondante mais pas résisté à la découverte d’un blog avignonnais

A propos brigetoun

paumée et touche à tout
Cet article, publié dans lectures, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Fenêtre d’appartement côté cour

  1. Pourquoi le hasard n’a-t-il fait que je vive tout à côté de la rue Nollet. J’aurais volontiers fréquenté et arpenté ce mur mitoyen…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s