SIBERIEN

Arcs de prières – tu

ne t’y joignais pas, c’étaient,

tu le penses, les tiennes.

 

Le cygne-corbeau était suspendu

devant les premières étoiles :

fente des paupières dévorée,

se tenait un visage – aussi

sous cette ombre.

 

Petite, dans le vent de glace

oubliée, petite

clochette

avec ton

caillou blanc dans la bouche.

 

Moi aussi,

j’ai la pierre aux couleurs-de-mille-ans

dans la gorge, la pierre du coeur,

à moi aussi,

il me vient du vert de gris

sur la lèvre.

 

À travers les champs de décombres, ici,

par la mer de laîches, aujourd’hui,

elle passe, notre

route de bronze.

Je suis couché là et te parle,

un doigt

écorché vif.

Paul Celan

« La rose de personne »

Éditions Corti

image http://www.bbc.co.uk/programmes/b00vcpb7

A propos brigetoun

paumée et touche à tout
Cet article, publié dans lectures, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour SIBERIEN

  1. Lorsque les mots donnent un sens aux vieilles pierre… j’ai la pierre aux couleurs-de-mille-ans

  2. Ping : Paul Celan – Siberien « Art et tique et pique- mots et gammes

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s