Molloy dans la forêt d’hiver

Car mes étapes se faisaient de plus en plus courtes et les haltes, par conséquent, de plus en plus fréquentes et j’ajoute prolongées, car la notion de la halte longue ne découle pas forcément de celle de l’étape courte, ni celle de la halte fréquente non plus, à bien y réfléchir, à moins de prêter à fréquent un sens qu’il n’a pas, ce que je ne voudrais faire pour rien au monde. Et il me paraissait d’autant plus souhaitable de sortir de cette forêt au plus vite que je serais incessamment dans l’impossibilité de sortir de quoi que ce soit, ne serait-ce que d’un bosquet. C’était l’hiver, ça devait être l’hiver, et non seulement beaucoup d’arbres avaient perdu leurs feuilles, mais ces feuilles étaient devenues noires et spongieuses et mes béquilles s’y enfonçaient, parfois jusqu’à l’embranchement. Chose digne de remarque, je n’avais pas plus froid que par le passé. C’était peut-être seulement l’automne. Mais j’ai toujours été peu sensible aux changements de température. Et l’ombre, si elle semblait avoir perdu de son bleuté, restait aussi épaisse qu’auparavant. Ce qui finit par me faire dire, Elle est moins bleue parce qu’il y a moins de vert, mais elle est aussi épaisse grâce au ciel plombé d’hiver. Puis quelque chose sur les branches noires d’où il tombait du noir, quelque chose dans ce goût là. Les monceaux de feuilles noires et comme boueuses me retardaient sensiblement. Mais même sans elles j’aurais renoncé à la démarche debout, celle des hommes. Et je me rappelle encore le jour où, couché à plat ventre, histoire de me reposer, au mépris du règlement, soudain je m’écriai, en me frappant le front, Tiens, mais il y a la reptation, je n’y pensais plus.

Samuel Beckett

« Molloy »

Éditions de minuit

image http://www.panoramio.com/photo/12394034

 

A propos brigetoun

paumée et touche à tout
Cet article, publié dans lectures, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Molloy dans la forêt d’hiver

  1. « … beaucoup d’arbres avaient perdu leurs feuilles, mais ces feuilles étaient devenues noires et spongieuses… »

    Me serais-je cru au Québec?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s