route – neige

On part toujours vers 7h30. Ce matin-là, le vent est frais, on sort pour ouvrir la grille de la cour. Chauffage à fond dans la voiture. L’automne doux s’est brutalement terminé depuis quelques jours déjà. On passe devant le lycée. Bousculade de bus, lycéens emmitouflés sur les passages piétons. Conversations, rires, vapeur qui s’échappe des visages dans l’air froid. On poursuit par des rues plus tranquilles, on rejoint la voie de contournement. La voiture prend son allure de croisière, on s’achemine vers la route de Paris. On s’installe au mieux dans l’habitacle, le manteau sur le siège passager. On cherche la station Radio-Nostalgie dont les enfants se moquent. On arrive au rond-point. Le camion qui le contourne passe devant le capot et s’engage sur la même bretelle. À la radio, c’est ce vieil air de Cat Stevens, « Morning is broken » ou quelque chose comme cela. Balade douce à la guitare, accords faciles à trouver.

Et soudain, les flocons qui arrivent, en masse, dodus, les premiers flocons de l’hiver, l’espace devient blanc, juste l’ombre de la remorque bleue du camion devant moi. La balade à la guitare. L’air blanc. On roule au pas derrière le camion dans la courbe de la bretelle. On devine le bas-côté qui défile lentement. Touffes d’herbes, goudron noir, danse blanche des flocons. La première neige de novembre, un émerveillement d’enfant, une sorte de Noël. Le souvenir incongru qui revient chaque année : un défilé du onze novembre dans ma ville natale, le froid et les premiers flocons sur la place de la mairie, on devait avoir dix ans. Cette vieille chanson et la voix qui reprend « morning is broken ». On débouche sur la quatre voies. Quatrième, cinquième vitesse, on double le camion. La neige s’arrête aussi soudainement qu’elle a commencé. On continue à penser encore pendant quelques kilomètres à cette première neige de novembre sur les accords de Cat Stevens.

Thierry Beinstingel

« Feuilles de route »

Publie.net

http://www.publie.net/fr/ebook/9782814501294

image http://www.eve-auto.fr/neige-et-verglas-la-galere-sur-les-routes/

A propos brigetoun

paumée et touche à tout
Cet article, publié dans lectures, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour route – neige

  1. Pourquoi je me retrouve en rêve sur une route du Québec? Peut-être à cause de ceci : ce vieil air de Cat Stevens, « Morning is broken »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s