Îles Vestmann

Moi je restais à Vestmann. Seul. Plusieurs jours. Seul. À me balader sur l’faîte des falaises. Les plages noires de cendre et la mer gorgée d’huître-bleu.

………..

L’île, elle est bouffée au cœur par le volcan… un gros tas de granules jaunes. Un cône, un terril de pollen. Et des coulures de cendres noires, vertes et rouges si ferreuses. Il est costaud, balaise, bronchiteux comme une loco ! Il brûle du soufre et laboure aux mâchefers ! Il crache à la gargouille des vapeurs qui grésillent aux muqueuses.

Dans ses pentes, de petites coquilles d’eau fraîche, dangereuses comme des piranhas. Et au bout du chantier, des carcasses de maisons, et la mer qui touille dans sa bassine d’ombre bleue…

Je grimpais la pente de charbons, les cailloux roulaient, je penchais le buste pour que l’effort soit moteur. L’éboulis partait sous mes pas, ripait. Je me grisais avec les vitesses propres, les rythmes de progression. J’arrivais au sommet, je traversais la crête. Je sortais du versant sous le vent, et prenais maintenant les bourrasques en plein nez. Le vent iodé roulait en semi-basse continue, perpendiculaire à la crête. Les crachoirs sous pression, piccolos tarés, pipes de chaudière. Et puis le glouglou de peau d’timballe bouillie, de la mousse, du soufre en fusion, piqué çà et là.

C’est là, au rift, au point de travail, à la confrontation, que tout se fait. C’est la genèse de la matière que cette genèse des forces en leurs pires profondeurs rencontrées.

C’est pour nous sans doute pareil. Au foie que ça démarre. Au tréfonds. L’homme son rift ce doit être la foule, où il monte et redescend, se fond et s’extrait. L’homme son rift ce doit être quand il se tait. Seul. Et sent.

Fred Griot

« Visions »

http://www.publie.net/fr/ebook/9782814500822

image http://www.librairiemonet.com/blogue/tag/vacances/

A propos brigetoun

paumée et touche à tout
Cet article, publié dans lectures, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Îles Vestmann

  1. Audace ou témérité… affronter un volcan me semble bien hasardeux. Bribes d’un texte qui me semble lui-même faire preuve d’un réel sang-froid.

  2. Griot dit :

    bien vu la photo, c’est bien celui-là, mais de l’autre côté beaucoup plus sauvage, fractures et fumerolles… à l’époque. merci

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s