Corbières

viens, viens, sorbier doux, marron d’averse

et vous glycines, clef de Fontfroide

 

je tends les mains : ne suis-je pas le

même j’attendrai que se renverse

la proue de brindilles puis d’étoiles

je guetterai sous les lilas pâles

 

le pin ploie, la lumière écureuil

grignotant son automne, rousse

et quand la nuit imbibe la mousse

j’écouterai le grenier des feuilles

où le bois tousse

Jacques Roubaud

dans l’anthologie « Les poètes de la Méditerranée »

Poésie/Gallimard

image http://www.altituderando.com

A propos brigetoun

paumée et touche à tout
Cet article, publié dans lectures, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Corbières

  1. florence dit :

    Quel chant, un joyeux murmure avant l’aurore. Merci de ce partage !

  2. Au creux de la nuit, au moment de lire ces lignes, une lumière.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s