Toulon – fort Lamalgue

Cette rade, on le sait, est la merveille du monde. Il y en a de plus grandes encore, mais aucune si belle, aucune si fièrement dessinée. Elle s’ouvre à la mer par une bouche de deux lieues, la resserrant par deux presqu’îles recourbées en pattes de crabe. Tout l’intérieur varié, accidenté de caps, de pics rocheux, de promontoires aigus, landes, vignes, bouquets de pins. Un charme, une noblesse, une sévérité singulières.

Je ne découvrais pas le fond même de la rade, mais ses deux bras immenses : à droite, Tamaris (désormais immortel) ; à gauche, l’horizon fantastique de Giens, des Iles d’or, où le grand Rabelais aurait voulu mourir.

Derrière, sous le haut cirque des monts chauves, la gaieté et l’éclat du port, de ses eaux bleues, de ses vaisseaux qui vont, viennent, ce mouvement éternel fait un piquant contraste. Les pavillons flottants, les banderoles, les rapides chaloupes, qui emmènent, ramènent les officiers, les amiraux, tout anime, intéresse. Chaque jour, à midi, allant à la ville, je montais de la mer au plus haut de mon fort, d’où l’immense panorama se développe, les montagnes depuis Hyères, la mer, la rade, et au milieu la ville qui de là est charmante.

Jules Michelet

« la Sorcière »

http://www.publie.net/fr/ebook/9782814505445/la-sorcière

depuis lors, et même depuis mon enfance, et même depuis ma jeunesse, les pentes du fort Lamalgue se sont construites, peu à peu, et les pavillons se voient moins sur les bateaux, la flotte est très grise, mais la rade est toujours aussi belle, et parcourue, et la ville demande toujours à être appréciée de loin, pour son emplacement.

A propos brigetoun

paumée et touche à tout
Cet article, publié dans lectures, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Toulon – fort Lamalgue

  1. Lorsqu’il y a des sites naturels de cette qualité il faut toujours une minorité pour se saisir des rives afin d’y bâtir maisons et domaines. Il ne reste plus rien de ces paysages ouverts qui faisaient la joie des personnes simples et modestes. Michelet serait bien triste de voir ce que sont devenues des petites cités riveraines pour bien nantis.

  2. brigetoun dit :

    pas exactement une petite cité pour bien nantis, mais d’abord et depuis certainement la nuit des temps un port, et un port militaire

  3. Arlette dit :

    Un beau texte … ne m’en souvenais plus merci
    Nantis????? pas vraiment, ne sont plus là!! ou vieilles familles désargentées qui disparaissent
    La rade , Elle est immuable

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s