La Rochelle

J’avais deux heures, avant de monter sur le bateau de Ré, le Jean-Guiton. Je fis un tour en ville. C’est vraiment une ville bizarre et de grand caractère que La Rochelle, avec ses rues mêlées comme un labyrinthe et dont les trottoirs courent sous des galeries sans fin, des galeries à arcades comme celles de la rue de Rivoli, mais basses, ces galeries et ces arcades écrasées, mystérieuses, qui semblent construites et demeurées comme un décor de conspirateurs, le décor antique et saisissant des guerres d’autrefois, des guerres de religion héroïques et sauvages. C’est la vieille cité huguenote, grave, discrète, sans aucun de ces admirables monuments qui font Rouen si magnifique, mais remarquable par toute sa physionomie sévère, un peu sournoise aussi, une cité de batailleurs obstinés, où doivent éclore les fanatismes, la ville où s’exalta la foi des calvinistes et où naquit le complot des quatre sergents.

Quand j’eus erré quelque temps par ces rues singulières, je montai sur un petit bateau à vapeur, noir et ventru, qui devait me conduire à l’île de Ré. Il partit en soufflant, d’un air de colère, passa entre les deux tours antiques qui gardent le port, traversa la rade, sortit de la digue construite par Richelieu, et dont on voit à fleur d’eau les pierres énormes, enfermant la ville comme un immense collier ; puis il obliqua vers la droite.

C’était un de ces jours tristes qui oppressent, écrasent la pensée, compriment le cœur, éteignent en nous toute force et toute énergie ; un jour gris, glacial, sali par une brume lourde, humide comme de la pluie, froide comme de la gelée, infecte à respirer comme une buée d’égout.

Guy de Maupassant

« L’épave »

dans « trois nouvelles »

http://www.publie.net/fr/ebook/9782814500860

image http://www.raikaworld.net/2008/07/20/la-rochelle-episode-1/

privée de ses couleurs

A propos brigetoun

paumée et touche à tout
Cet article, publié dans lectures, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

7 commentaires pour La Rochelle

  1. Un voyage bien singulier que voilà… partir pour l’ile de Ré à bord d’un d’un petit bâteau noir et ventru… Une autre époque que nous fait revivre admirablement de Maupassant.

  2. Solène dit :

    Un regard en mouvement, qui -pour quelqu’un de la Rochelle- montre des bribes d’Histoire quand s’élève la Tour des Quatre Sergent (plus souvent appelée Tour de la Lanterne), la Tour de la chaîne (chaîne que Richelieu a fait tendre entre les deux tours) et la vue du port. Le regard traverse la vie de cette ville, rappelle son histoire taillée dans les arcades et les rues.
    Texte remarquable, qui ne vieilli pas vraiment (sauf peut-être le bateau !).

  3. Nanou dit :

    Pour reprendre l’une des devises de La Rochelle: La Rochelle, belle et rebelle. On peut ajouter intemporelle quand on lit votre description.

  4. Ping : « L’épave » dans « trois nouvelles », de Guy de Maupassant | Publie.net | Scoop.it

  5. Pour quelqu’un qui aime la découverte, ce texte donne envie de traverser la France d’est en ouest pour aller visiter tout cela

  6. Fabien dit :

    Merci pour la photo 🙂
    Sympa de voir que vous l’avez utilisé pour ilustré un article 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s