Travail – journalisme (people)

Ce secret était sûrement connu de tous ceux qui avaient à faire avec les Journaux, assemblée de frères et de soeurs qui avaient évidemment intérêt – car de quoi s’agissait-il, en dernier recours, sinon de l’intérêt de leur pain quotidien ? – à voiler les approches de l’oracle, à ne pas faire circuler certaines vérités en dehors de leur couvent. Tous vivaient pareillement de la solennité, de la sainteté de l’oracle, et les allées et venues, les actions et réactions, les intentions et réactions de Sir A.B.C. Beadel-Muffet K.C.B., M.P., faisaient à leur degré partie de cette solennité. Les Journaux, pris ensemble dans la gloire du siècle, étaient, quoique superficiellement multiples, fondamentalement un, de sorte que toute révélation du fait que, procurés ou procurables, ils faisaient naviguer un objet qui n’était pas intrinsèquement flottant perdait très logiquement du crédit lorsqu’on allait de la circonférence – où la révélation était susceptible d’être faite – vers le centre. De cela, nos opiniâtres néophytes, en même temps qu’un millier d’autres, étaient parfaitement conscients ; mais quelque chose dans la nature de leur perspicacité, telle qu’elle était, ou dans l’état de leurs nerfs, tel qu’il pouvait aisément devenir, aiguisait presque jusqu’à l’acrimonie leur vénération pour une imitation aussi habile de la voix de la célébrité. La célébrité était complètement une affaire de voix, comme pouvaient le garantir ceux qui avaient l’oreille toujours collée au tube acoustique ; les éléments qui constituaient la somme étaient chacun de la dernière vulgarité, mais leur accumulation était un triomphe – le plus grand que l’époque pût manifester – d’industrie et de vigilance. Après tout, il n’était pas vrai qu’un homme qui, durant dix ans, avait à ce point nourri, endigué, orienté, et répandu les sources bouillonnantes de la publicité n’eût rien fait. Il avait peiné, à sa manière, comme un terrassier avec une pioche ; on pouvait dire qu’il avait gagné à la suite de chaque nuit de labeur la récompense, chaque matin, de sa petite giclée de gloire. Et, même lorsqu’il n’était pas vrai que Sir A.B.C. Beadel-Muffet, K.C.B., M.P., dût partir rendre visite au sultan de Samarcande le 23, mais qu’il était vrai qu’il partirait le 29, l’attention personnelle requise n’était pas une mince affaire, en tenant compte de la légende et des faits, du mythe et de la signification, de la première erreur naïve et de la sérieuse vérité subséquente – en tenant compte enfin de la déclaration encore à venir selon laquelle cette visite avait dû être annulée en raison des autres obligations plus pressantes de l’invité, et en n’oubliant pas d’en inonder successivement d’innombrables canaux.

Henry James

« Les Journaux »

les Cahiers Rouges

A propos brigetoun

paumée et touche à tout
Cet article, publié dans lectures, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Travail – journalisme (people)

  1. Entrer dans le monde de la légende est toute une aventure en soi, surtout lorsque le guide est Henry James

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s