travail – forge

Après la danse groupée, guerrière des lamineurs autour du serpent de fer brûlant, l’atelier d’étirage semble prosaïque et froid, le travail pauvre, ses effets peu perceptibles. Les laminés ont subi une réchauffe partielle dans un foyer intermédiaire. Une extrémité a été portée au rouge, soumise à l’action brutale d’une presse à excentrique qui l’a étrécie. On appelle ça « la pose des soies ». Vient ensuite le décapage. La couche d’oxyde restée du laminage est enlevée par trempage dans un bain d’acide ou grenaillage en enceinte fermée.

Les bancs d’étirage sont placés sous la toiture en sheds qui couvre une partie de l’aile nord depuis 1901, qu’un incendie avait ravagée. Rien qui évoque, ici, la nuit des temps trouée de flammes, la geste sorcière des premiers forgerons, les souvenirs d’école, Héphaïstos, Prométhée, les anciens dieux. C’est un atelier d’usine, tel qu’on en voyait il y a cinquante ou cent ans, avec un réducteur Citroën, du temps où ce nom et le sigle qui l’accompagne ne désignaient encore qu’une farique d’engrenages à chevrons. La presse à faire les soies porte elle-même le nom de Renault moulé en relie sur son bâti. De temps à autre, une scie diamantée, carénée, fait jaillir, dans un coin, un feu d’artifice. On tronçonne une barre. Puis la grisaille retombes sur les grises machines saucées de graisse. La soie est passée à travers une filière en carbure de tungstène qui reproduit, mais au centième de millimètre, le motif intaillé dans les cylindres. Elle est prise entre les mâchoires d’un chariot entraîné par une chaîne sans fin aux énormes maillons doubles. Un jet de lubrifiant chocolat, de l’épaisseur d’un doigt, coule sur l’entrée de la filière.

Pierre Bergounioux

« Les forges de Syam »

Éditions Verdier

photo http://martine-schnoering-jura.over-blog.com/article-syam-les-forges-la-scierie-et-le-moulin-a-ble-44210782.html

A propos brigetoun

paumée et touche à tout
Cet article, publié dans lectures, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour travail – forge

  1. micheline dit :

    les entrailles de Vulcain ,?

  2. Superbe coïncidence, j’ai aussi choisi un extrait de Bergounioux pour l’anthologie d’aujourd’hui. Et j’avais énormément aimé ce livre, Les Forges de Syam.

  3. Description forte d’un dur labeur.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s