travail : goudron

Sun Ba est chargé de faire chauffer le goudron, tâche qu’il a accepté. Heureusement, car personne d’autre ne veut accomplir ce travail, préférant encore tirer le rouleau compresseur en béton afin d’échapper à la fournaise et aux exhalaisons des vapeurs de bitume. Le commandant Guo, quand il était en poste, a conféré à Sun le titre de « Grand Capitaine des fourneaux ». Sun éprouve une attirance inexplicable pour les flammes. Il aime la vue du feu, de la fumée, il ne se lasse pas de leurs métamorphoses incessantes. Son coeur bondit au-dessus des flammes. Plus le feu est violent, plus il trouve cela excitant, émouvant, son corps le démange, un peu comme s’il avait contracté la gale. Il ne se sent bien que devant un feu qui le brûle. Quand il se chauffe à un feu, quand il regarde le feu, il semble comme perdu dans un vertige. De son visage sans âge jaillit une curieuse expression de candeur enfantine, dans ses prunelles légèrement jaunes dansent des lueurs splendides.

Mo Yan

« Le chantier »

éditions Points

image http://www.photo-press.eu/pages/monde/inde/inde.html

A propos brigetoun

paumée et touche à tout
Cet article, publié dans lectures, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour travail : goudron

  1. L’émotion amoureuse ne mène-t-elle pas à l’échauffement du corps?

  2. micheline dit :

    les brûlures du sacrifice

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s