Madame de Sévigné, ancêtre et modèle

Ce qu’on reproche à l’écriture blog, de se saisir du réel sans écart temporel, n’est pas un argument pertinent dès qu’on se fait happer par les lettres de madame de Sévigné.

……

La correspondance épistolaire est un usage qualifié, avec sa codification précise, et tout un monde technique qui l’accompagne, incluant diligences et porteurs, et la police du Roi qui ouvre (voir dans Saint-Simon). On se sert de l’ensemble de ces codes pour en faire la coque précise d’un monument littéraire qui devient essentiel pour nous, d’une part pour l’équilibre majestueux de la phrase (mais c’est dans l’époque, et les lettres de Madame, ou même de madame de Maintenon, et tant d’autres, participent de cette syntaxe à laquelle sans cesse nous venons reboire), mais d’un franchissement quant à la présence du concret dans la narration. Il y a plus d’objets, de voitures, de vêtements, de rues dans cent pages de madame de Sévigné que dans mille de Saint-Simon (ce qui ne lui enlève rien, on lui prend autre chose)…….. C’est sans doute un des meilleurs exemples de cette adéquation dynamique des formes littéraires aux usages écrits de leur époque – et cela vaut bien sûr pour les cristallisations progressives d’aujourd’hui. Madame de Sévigné écarte toute cela du coude, parce que chez elle il ne s’agit pas de fiction : mais lisons-la, quand on rouvre ses livres, depuis cette seule instance, avant même que la destinataire de Grignan ait reçu la lettre, où vous lisez la lettre recopiée, et que vous-même la recopierez pour que vite elle rejoigne vos amis (rappelons que, sur 1120 lettres, à peine 150 dont l’original nous est parvenu, et l’œuvre imprimée, pérennisée, s’établit non pas depuis la destinataire, mais depuis les copies et copies de copies). Cette fluidité de la phrase, au contact du monde, voilà ce qui à nouveau nous est autorisé – à nous de copier.

François Bon

« Après le livre »

Seuil

Publie.net

http://www.publie.net/fr/ebook/9782814504103/après-le-livre

A propos brigetoun

paumée et touche à tout
Cet article, publié dans lectures, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Madame de Sévigné, ancêtre et modèle

  1. La transmission d’un chef-d’oeuvre, désormais du domaine public, autorise tous les audaces et se réclame d’un courage de faire connaitre à nouveau ce qui aurait pu sombrer dans l’oubli.

  2. Ping : Madame de Sévigné, ancêtre et modèle | Publie.net | Scoop.it

  3. Arlette dit :

    J’aime « la fluidité de la phrase , au contact du monde  » mais c’est du Brigetoun en sorte ………..
    que sa modestie n’en souffre pas trop

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s