une légende

Pour nous qui étions nés dans les Hauts et n’étions jamais descendus vers elle (de très anciennes craintes nous en empêchaient), la mer n’était qu’une légende. Depuis les sommets où nous nous tenions du matin au soir, il n’y avait face à nous que le ciel, qu’un ciel immense qui s’ouvrait en haut et en bas, s’étendait très loin au-dessus de nous jusque dans les abysses.

On nous parlait de vastes étendues d’eau à travers lesquelles il était possible de rejoindre d’autres terres, et nous ne croyions pas à ces fables : l’eau, c’étaient pour nous des flux vivants et parfois violents, ceux des torrents et des rivières en crue qui dévalaient les pentes et allaient se perdre dans le ciel.

Jamais nous ne serions descendus nous perdre dans cet espace partout béant dans lequel il nous arrivait de tomber en rêve. Le néant était bleu et régnait sans partage hors des limites de l’île.

Laurent Margantin

« insulaires »

http://www.publie.net/fr/ebook/9782814502956

A propos brigetoun

paumée et touche à tout
Cet article, publié dans lectures, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour une légende

  1. Arlette dit :

    L’eau , les océans ont toujours inquiété les terriens
    Peur ancestrale

  2. Se rapprocher de l’océan, mère nourricière par excellence. Mer de toutes les mères. Et mère de toutes les mers.

  3. Ping : une légende | Publie.net | Scoop.it

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s