Archives par mot-clef : Claude Simon

La phrase de Claude Simon

Je voudrais tenter de dire, modestement, laborieusement, en quoi la phrase de Claude Simon est belle – car il y a peu de phrase, dans la littérature française moderne, qui fasse aussi impression de beauté, je dirai même (bien que … Continuer la lecture

Publié dans lectures | Marqué avec , | 3 commentaires

Les musiciens au camp

Les bustes des quatre musiciens aux têtes d’épouvantails sont absolument droits, les quatre masques absolument parallèles aussi, leurs regards endormis d’aveugles dirigés droit devant eux. Ils sembleraient somnoler si les mouvements de leurs mains secouant ou frappant les instruments ne … Continuer la lecture

Publié dans lectures | Marqué avec | Laisser un commentaire

Ce que peut l’écriture

C’est à la recherche de ce jeu que l’on pourrait peut-être concevoir un engagement de l’écriture, qui, chaque fois qu’elle change un tant soit peu le rapport que pas son langage l’homme entretient avec le monde, contribue dans sa modeste … Continuer la lecture

Publié dans lectures | Marqué avec | 2 commentaires

le retour

Une coulée de lumière persistait encore entre les berges obscures du canal lorsqu’il le franchit, scintillante, argentine, teintée de jade, contrastant avec l’inerte lueur des globes électriques qui s’allumaient, égrenés le long des quais, éclaboussant de jaune les troncs écaillés … Continuer la lecture

Publié dans lectures | Marqué avec | Un commentaire

survoler la Sibérie

L’aube qui se lève sur la Sibérie colore de rose les pentes d’un moutonnement de collines basses qui se succèdent à perte de vue en une vague étendue bleuâtre. Pendant des heures, elles glissent lentement au-dessous de l’avion, monotones, pareilles … Continuer la lecture

Publié dans lectures | Marqué avec | 2 commentaires

Me sens enfant ou femme, Maître, quand vous en parlez

lorsque je l’ai vu là, assis en face de moi, avec cette figure d’épouvantail à moineaux, cette tête de noyé qu’on aurait tout juste repêché l’heure d’avant à la plage et amené ici directement sans même prendre la peine de … Continuer la lecture

Publié dans lectures | Marqué avec | 2 commentaires

Voyager – avion

haillon percé de mille déchirures comme si l’avion survolait une de ces peintures un de ces jeux graphiques où de droite à gauche l’une des couleurs prend peu à peu la place de l’autre l’envahissant par fractions grandissantes chaque élément … Continuer la lecture

Publié dans lectures | Marqué avec | Un commentaire

Dépouillement

J’ai beau avoir l’habitude, déjà, depuis si long temps, de cela, qui est mien, et qui ne me donne plus un choc en le voyant le matin dans ma glace, ou en le sentant sous ma main, cela qui s’est … Continuer la lecture

Publié dans lectures | Marqué avec | 4 commentaires

Lits (suite)

Les lits ayant été le déclencheur de l’effondrement des passages ici (division par six), je continue, et avec une abondance défiant toute attention – non à vrai dire, étais noiseuse, de mauvaise humeur et me suis distraite un temps à … Continuer la lecture

Publié dans lectures | Marqué avec , , , , , | 3 commentaires