Migraine

Quelque chose va craquer entre front et lit, quelque chose souffrant, penché par le trou de la tempe, comme un ver, un lambeau tout chaud de soi une dette, une agonie séquestrée dans ce bout de crâne qu’on ne peut plus soigner, ni soulager ni opérer, depuis qu’un silence fou se livre sans relâche à des mutilations, sur ce corps étranger encore frais, cette chose au hachoir découpée vive, déchirée de si loin avec sa voix de peine, son souffle court, et si mal debout si mal couchée, crevée entre les coutures où les viscères pointent, une chose de chair, grouillante et colère, cognée par tous les murs, acculée dans la nuque où les sols se dérobent et les étages croulent, où le vent s’engouffre, tête infinie de la douleur posée entre front et lit

sous le couvert des voiles alors, se rejoindre où le froid délivre, et chose peu à peu se rétracte, au bord, dans son noeud pariétal d’aiguilles, avec fioles, cachets, seringues graduées, ce craquement au loin, plein de hargne, chose qui fuit, se rendort dans la tempe, jusqu’à demain.

Michèle Dujardin

«Où s’arrête la terre

suivi de

morte – migraine – alors j’ai dit au Maigre»

Publie Papier

http://publiepapier.fr

About these ads

À propos de brigetoun

paumée et touche à tout
Cette entrée, publiée dans lectures, est taguée . Bookmarquez ce permalien.

Une réponse à Migraine

  1. Pingback: Migraine, extrait de «Où s’arrête la terre de Michèle Dujardin sur Publie.net | Publie.net | Scoop.it

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s